Close
Les missions internationales de la Société wallonne des eaux (SWDE)

Les missions internationales de la Société wallonne des eaux (SWDE)

Question orale (20/03/2017) de FONTAINE Eddy à DI ANTONIO Carlo, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire, de la Mobilité et des Transports et du Bien-être animal

Monsieur le Ministre, la SWDE effectue un certain nombre de missions à l’étranger, notamment au Maroc et en Algérie. En tout, ce ne sont pas moins de 14 pays du sud qui bénéficient de l’expertise de la société wallonne. Deux objectifs sous-tendent ces actions : l’accès à l’eau pour tous et l’ancrage public de la gestion de l’eau.

Si ces deux objectifs sont nobles, louables et se doivent d’être défendus aux quatre coins du monde, il n’en demeure pas moins que l’on peut se demander si c’est bien le rôle de la SWDE de les mener.

Quels sont les projets internationaux menés par la SWDE ? Quelle est l’incidence budgétaire de ces projets internationaux dans le budget global de la SWDE ?

Pourquoi les mène-t-elle ? Quelles sont les collaborations développées avec les partenaires institutionnels wallons et francophones chargés de l’aide au développement ?

Réponse ministre

M. Di Antonio, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire, de la Mobilité et des Transports et du Bien-être animal. – Monsieur le Député, le secteur public de l’eau est actif à l’international, qu’il s’agisse de la Société wallonne des eaux, de la SPGE également ou des organismes d’assainissement agréés tel que, par exemple, vos anciens collègues de l’INASEP.

Grâce à votre profession antérieure, vous n’êtes pas sans savoir que c’est le législateur wallon, lui-même, qui a chargé la SWDE de développer deux missions de services publics en dehors du territoire wallon. Tout d’abord la valorisation du savoir-faire wallon dans le secteur de la production et de la distribution d’eau en veillant à éviter les risques industriels, commerciaux ou financiers. Deuxièmement, les prestations de nature humanitaire ou d’aide au développement en matière d’approvisionnement et d’accès à l’eau potable dans le cadre du programme de coopération. C’est l’article D 353, § 2 du Code de l’eau.

Par le contrat de gestion entre la SWDE et le Gouvernement wallon, ce dernier s’est engagé à encourager un partenariat actif avec la SWDE pour son développement à l’international en collaboration avec la SPGE et Wallonie-Bruxelles international.

La SWDE réalise cet objectif de coopération internationale de différentes manières. Tout d’abord, au travers de collaborations avec des organismes liés au développement international tels que l’AWEx, WBI, la CTB, mais également l’Union wallonne des entreprises. Également par la participation au sein du groupe de travail international d’Aquawal qui aborde la coopération internationale sous une approche fédératrice et sectorielle et organisant les collaborations entre les différents opérateurs. Ensuite, par l’accord-cadre entre la SPGE, la SWDE et la CTB visant de partage et la collaboration sur les futurs projets de collaboration. Enfin, par l’intégration en tant que membre à part entière du WOP qui est l’opérateur partenaire en matière d’eau.

Les projets de développement internationaux sont les suivants :

– amélioration de la qualité de l’eau au Bénin ;

– appui technique au lancement d’un centre de formation en Algérie ;

– jumelage agence nationale de gestion intégrée des ressources en eau, ministère des ressources en eau et de l’environnement en Algérie ;

– assistance technique pour l’élaboration du plan stratégique et mise en place des indicateurs de l’Officie national de l’eau et de l’assainissement au Burkina Faso ;

– projet fast start au Burkina Faso ;

– programme d’échange Office national de l’électricité et de l’eau potable au Maroc.

Cette activité à l’international est neutre pour la facture d’eau. Elle ne génère ni pertes, ni profits grâce aux aides reçues de la Commission européenne, de la Région wallonne et de la CTB, notamment. Elle a une dimension sociale positive et permet de promouvoir le savoir-faire des entreprises wallonnes.

Réplique d’Eddy Fontaine

Effectivement, vous êtes bien renseigné. J’avais une partie des réponses à mes propres questions. Ce qui est plus rassurant, en tout cas, pour le consommateur wallon, c’est que vous me confirmez que toutes ces missions n’ont aucun impact sur la facture d’eau du citoyen wallon. J’en suis rassuré.

Je reviendrai peut-être ultérieurement, mais par question écrite pour plus de précision sur d’autres choses.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *