Close

La desserte de la ligne express E86 du TEC

Il y a presque un an maintenant que j’interrogeais Monsieur le Ministre sur l’avenir de la ligne 56 du TEC, désormais ligne express E86.

À l’époque déjà, les passagers de cette ligne s’inquiétaient de la desserte de celle-ci sur l’axe Nismes-Namur, en particulier dans des communes qui font partie de l’itinéraire et qui disposent d’une intensité faible de l’offre de transports en commun.

Pour illustrer mon propos, je prendrai l’exemple du village de Frasnes, qui depuis le début des travaux du contournement, a été tour à tour desservi et non desservi. Cela entraîne évidemment bien des désagréments pour les utilisateurs du TEC dans cette région.

Monsieur le Ministre a annoncé vouloir développer le réseau TEC de manière plus intensive dès 2021, ce qui est également illustré par l’arrivée prochaine de nouveaux bus pour l’opérateur de transport.

Quels développements prévoit-il pour la Province de Namur, et notamment pour la ligne E86 ?

Serait-il envisageable de réintégrer un arrêt au centre de Frasnes-lez-Couvin dans la feuille de route de la ligne E86, afin de permettre une meilleure desserte pour les passagers potentiels de cette ligne très importante en Province de Namur, sans perte de temps de trajet, élément qui caractérise les lignes express ?


Réponse du Ministre

Les lignes Express sont résolument destinées à fournir un réseau structurant, complémentaire à l’offre ferroviaire. Il est prévu dans les prochaines années de développer ce réseau, dans l’ambition de la SRM et de la vision FAST.

En ce qui concerne les développements sur la province de Namur, l’Organe de consultation du bassin de mobilité (OCBM) de Namur s’est réuni le 24 septembre dernier, et a remis un avis positif sur le plan transport 2021 de la province.

Ce plan détaille trois évolutions de l’offre, dont une relative précisément à la ligne E86 :

  • le 1er janvier 2021, le réseau urbain de Namur verra une augmentation de la fréquence des lignes 1 et 9 sur leurs sections Saint-Marc – Namur d’une part, et Flawinne – Namur d’autre part, ce qui permettra d’offrir une fréquence de 15 min tous les jours à l’exception du dimanche. Cette augmentation de l’offre pour des quartiers dont l’habitat s’est fortement densifié ces dernières années se justifie pleinement au regard des enjeux de mobilité dans la capitale de la Wallonie. Corollairement, les lignes A et 80 seront adaptées localement en termes d’itinéraires pour rendre les déplacements des habitants concernés plus directs vers le centre de Namur ;
  • à l’automne 2021, pour autant que l’OCBM du printemps 2021 le confirme, une ligne classique Namur – Gesves sera mise en service ainsi qu’une ligne express Havelange – Ciney – Dinant ;
  • la ligne express E86 Namur-Couvin, pour laquelle j’ai déjà eu l’occasion de répondre à l’honorable membre l’an dernier, sera enrichie de quelques parcours pour lui permettre d’atteindre une meilleure fréquence en heures de pointe entre Philippeville et Namur, afin de respecter les niveaux de service exigés pour le réseau wallon de lignes expresses entre pôles.

    Enfin, en ce qui concerne un éventuel arrêt supplémentaire à Frasnes-lez-Couvin, le TEC estime qu’il n’est pas pertinent d’effectuer celui-ci, pour deux raisons : d’une part, pour maintenir la vitesse commerciale (c’est-à-dire la vitesse à laquelle le bus circule avec des voyageurs à bord) d’autre part, l’étude du plan transport de la zone de Philippeville qui débutera en 2021 prendra en compte la desserte de ce village qui se situe à proximité de l’arrêt de Mariembourg sur la ligne E86.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *