Close

Le rapport de Greenpeace sur la qualité de l’air en Wallonie

Selon l’ONG Greenpeace, la Wallonie mesurerait mal la pollution atmosphérique et par conséquent, les données communiquées à l’Europe ne seraient donc pas représentatives de la réalité. En effet, cette ONG regrette que les stations fixes, c’est à dire les stations de mesure de la qualité de l’air, ne soient pas situées dans les zones où le trafic seraient le plus dense.

De plus, elle affirme que la carte officielle de modélisation de la Cellule Interrégionale de l’Environnement, confirme que certaines rues étroites, où stagne la pollution de l’air, ne seraient pas prises en compte.

Cette situation, si elle est avérée, bien qu’elle représenterait un danger pour la santé de nos citoyens, engendrerait en plus une communication erronée des données à l’Europe, telle que le prévoit la réglementation.

  • Dès lors, avez vous pris connaissance du communiqué de Greenpeace ?
  • Avec votre collège en charge de l’Environnement, comptez-vous revoir la méthodologie qui est remise en cause par l’ONG ?
  • Pouvez-vous nous rassurer que la Wallonie respecte bien les normes relatives à la pollution atmosphérique ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *